Euro Tech Conseil

Banque traditionnelle et fintech, quelle est la différence entre les deux ?

Fintech

Les habitudes de consommation ont bien évolué depuis l’introduction des nouvelles technologies qui a touché tous les secteurs. Et le secteur bancaire n’est pas en reste. Toutefois, les banques traditionnelles peinent à joindre le cercle des innovations technologiques afin de satisfaire à une demande nouvelle en la matière. Et l’apparition des fintechs, boostée par le développement de ces technologies, a rendu la tâche aux banques traditionnelles, encore plus dure. L’on s’interroge alors quant à la cohabitation de ces deux structures dans un même secteur : les entreprises fintechs s’imposent-elles comme une véritable alternative aux banques traditionnelles, ou prendront-elles la position de concurrent?

Qu’est-ce que les fintechs ?

Fintech est une association entre deux termes en anglais : financial et technology qui traduit de nouvelles technologies dont la finalité est l’automatisation et l’amélioration de l’usage des produits et services financiers. Une fintech est donc une entreprise qui met en place une solution technologique digitale innovante qui permet l’optimisation d’un service financier. La mission première des fintechs est d’offrir des services relevant du secteur bancaire et financier qui se veulent plus efficaces et performants et de surcroît qui coûtent moins cher que ceux proposés par les banques commerciales classiques.

De manière générale, il s’agit de start-ups qui s’inscrivent dans une optique d’anticipation d’une croissance élevée et installent leur activité dans une démarche d’innovation. Aussi, les fintechs introduisent de nouveaux modes de paiement, d’ailleurs Paypal a d’ores et déjà intégré ce secteur lorsqu’il propose de greffer son compte bancaire à un web service tiers. Le but étant d’apporter de la simplification et de la sécurité aux différentes transactions commerciales qui se font en ligne.

S’agissant de la France, elle décline dans le domaine des fintechs, une position assez dynamique. A ce titre, France Fintech, une association professionnelle, a pu identifier pas moins de 350 entreprises fintechs en France, dont 234 déclarent exercer une activité que la Banque de France régule. A souligner que selon une étude établie par le cabinet de conseil Exton Consulting, 19% des fintechs françaises sont des entreprises de financement alternatif et sont de ce fait les plus nombreuses.

Qu’est-ce que les banques traditionnelles ?

Les banques traditionnelles sont des institutions qui opèrent dans le secteur financier et qui sont autorisées par une haute instance à effectuer des réceptions de dépôts et des accords de prêts aussi bien à des particuliers qu’à des entreprises. Parmi les banques commerciales traditionnelles, il y en a qui proposent des services tels que la gestion de patrimoine, le change de devises ou encore les coffres-forts. Les banques classiques sont déclinées sous différents types à l’instar de banque pour particulier, banque d’affaire et notamment banque d’investissement. Le plus souvent les banques sont régies par l’autorité d’une banque centrale ou pour certains cas sont soumises à l’autorité d’un gouvernement national.

Banque traditionnelle et fintech : quelle relation ?

L’activité de la banque traditionnelle et celle de la fintech s’inscrivent toutes les deux dans le même registre à savoir : proposer des services financiers aux consommateurs. En d’autres mots, les entreprises fintechs sont considérées comme des concurrents de première ligne des banques traditionnelles. La différence entre les deux est que la fintech a recours à des nouvelles technologies tandis que les banques classiques recourent encore à des procédures et des moyens archaïques et chronophages. S’agissant de l’innovation et des avancées technologiques, les banques traditionnelles restent à la traîne au moment où les fintechs poursuivent leur lancée dans l’innovation. C’est pourquoi, les consommateurs de par le monde font de plus en plus le choix de se tourner vers les fintechs. Le constat qui se fait donc est que les fintechs marchent sur les platebandes des banques classiques et ce, pour plusieurs services financiers tels que les paiements, ou les crédits. Ici banque traditionnelle et fintech sont de véritables concurrentes.

Dans une autre optique, les deux protagonistes du domaine bancaire et financier entretiennent un autre type de relation, celle de complémentarité. En effet, les entreprises fintechs se veulent complémentaires de certaines activités exercées par les banques traditionnelles. Il s’agit essentiellement des regtechs dont le but est la simplification du suivi des contraintes d’ordre réglementaire et qui sont imposées aux opérateurs de la finance. C’est également le cas des paytechs qui, dans le cadre d’une relation collaborative avec les banques, se veulent comme des services complémentaires permettant une meilleure adaptation aux besoins des clients.

Tendance-Fintech

Les tendances fintechs pour 2022

Pour l’année 2022, il existe selon les experts, cinq principales tendances fintechs qui se constitueront des vecteurs de développement.

  • Tendance de la finance intégrée : les experts estiment qu’elle traduit une nouvelle étape de la fintech et consiste en la combinaison d’un service financier et un autre non financier. Le développement de cette tendance se fera en raison du fait que davantage de marques non financières envisagent l’intégration des paiements, des produits d’assurance ou encore de crédits.
  • Tendance de Buy Now Pay Later : cette tendance figurait déjà en 2021 et consiste en des solutions basées sur le principe d’acheter maintenant et payer plus tard. La BNPL est parmi les domaines des solutions de paiement et de prêt numériques dont le taux de croissance suit une courbe croissante. Ces solutions ont été intégrées dans les sites de e-commerce et dont les plus connues en France sont Younited et Klarna.
  • L’intelligence artificielle : les experts estiment avec conviction que l’IA jouera un rôle prépondérant dans la lutte contre la fraude dans le secteur financier. Les solutions IA représentent un outil solide et crucial pour prévenir contre la criminalité et la cybercriminalité financière. Elle peut également être utilisée pour l’analyse d’une quantité élevée de données relatives à des transactions permettant la découverte des tendances dans le domaine de la fraude.
  • Tendance de la crypto-monnaie et de la blockchain : bien que cette tendance se confirme de manière rapide, elle n’intègre pas pour autant la vie de tous les jours. Toutefois, cette configuration peut connaître un développement au cours de l’année 2022 qui sera accéléré pour déboucher sur une composante d’un écosystème plus important.
  • Tendance de la banque verticale : celle-ci consiste en un processus de développement de produits bancaires qui permettent de satisfaire des besoins spécifiques afférents à des segments de clients particuliers. Elle se distingue d’une banque traditionnelle qui propose plutôt une gamme de produits très large et qui s’adresse à tous les clients sans segmentation. La banque verticale a pour particularité de concentrer son activité sur des niches.
Différence entre cybersécurité et cyber-résilience

Quelle est la Différence entre cyber-sécurité et cyber-résilience ?Les experts de la question diront que la cybersécurité consiste en une protection contre les hackers informatiques qui se prennent au réseau d’une entreprise ou tentent un accès piraté à son système...

La transition numérique au service de la révolution énergétique

La transition numérique au service de la révolution énergétiqueLa transition énergétique s’est imposée à de nombreux pays du monde dont la France et ce, du fait de l’équipement des énergies fossiles ainsi que du réchauffement climatique. Il y a certes, l’aspect...

Cycle de vie du développement logiciel (Qu’est-ce que le SDLC ?)

Cycle de vie du développement logiciel : Qu’est-ce que le SDLC ?Qu’est-ce que le cycle de vie du développement logiciel ( SDLC ) ? Le cycle de vie du développement logiciel (Cycle de vie d’un projet informatique) fait référence à la conception, le développement et le...